Vue de France

Le monde vue de France

Mes conseils pour anime

Tout savoir à propos de anime

Poursuivons notre valeur de textes sur les références de la culture connu japonaise. Après les dix séries d’animation japonais obligatoires et les 8 émissions tv asiatique qu’il faut avoir vus, place aux manga papier. Ce genre asiatique créateur, duquel les air technologiques remontent autour des années 1950, n’a été importé en France qu’à la fin des années 1980 / début des années 1990. Depuis, des centaines de films ont été traduites, mais peu de titres ont laissé leur indice dans l’histoire ( voir l’article Le stagnation du software power japonais ). J’ai donc décidé de vous proposer huit légende absurde de manga qui me ont l’air avoir typique le genre à jamais.Les mangas de types shonen sont de loin les plus populaires, ils sont destinés aux petits jeunes encore adolescents essentiellement. Mais, le shonen compte aussi pour partisan des jeunes filles et adultes des 2 sexes. Le genre est caractérisé par la présence d’un brave charismatique, hors du commun. Il aborde tous les thèmes, cependant on retrouve le plus fréquement des œuvres dans le domaine de l’aventure, de la prévision et du sport. si vous connaissez bob l’eponge, One-piece, Dragon-ball Z, ou bien Fairy-tail, c’est que vous avez déjà eu à découvrir ou regarder un shonen.Le yonkoma continuera de captiver avec Mes voisins les Yamada ( 1991 ) de Hisaichi Ishii, propice des années une autre fois au cinéma par le studio Ghibli. Des émissions tv puisque Azu Manga Daioh ( 1998 ), K-On ( 2007 ) ou bien Lucky Star ( 2000 ) en sont d’autres gamin derniers. Mais dès Sazae-San, l’abc sont installées : de la peinture réaliste en priorité, beaucoup d’humour et un rai absolu. De même, les apartés en fin de volume que de nombreux mangakas utilisent pour communiquer avec les lecteurs sont, eux aussi, des yonkoma. Nul doute que la qualité de Sazae-San y est pour beaucoup : effectivement, l’anime de 1969 est en permanence en préparation de distribution et compte… plus de 6 000 épisodes.Ensuite passons aux Shojo ! Les mangas pour femmes ! En général, il s’agit de psaume, fréquemment à l’intérieur du millieu scolaire ( collège ou lycée ). Le star est le plus souvent une jeune fille, les sentiments des petits personnages sont souvent le lieu médian de la causalité et leur décor est tout précisément soignée. La étreinte étant donné que le féminin y sont en général plus travaillés, plus illustratifs et plus bout. Parmi les noms notoires dans ce genre nous pouvons parler : Nana, Vampire Knight, Fruits Basket ou Gokinjo. Mais parfois ces dérangement se teintent de hors du commun ! C’est la certaine catégorie des Magical woman, des demoiselles dotées de pouvoirs incroyables ! La Magical woman est un peu le pendant féminin des surhomme. Obligée de jointoyer son existence quotidienne, ses études ( école élémentaire, collège ou lycée ) et son existence de magiciene / défenseur du monde, il lui arrive souvent des soucis quand l’amour commence à s’en emmêler. Souvent accompagnée d’autres personnages dotés d’avoir la possibilité de, la Magical girl se classe dans un classeur un brin plus typé activité, même si la pensée des petites figurines sont en permanence bénéficiant d’un traitement avec un soin complet, l’aspect « vie quotidienne ».En effet prenons par exemple le manga Doraimon et un autre manga très utilisé dans nos locaux par sa carrure télé : Hamtaro. Ces deux mangas ne sont résolument pas adressé à un public adolescent auparavant chantier qui trouvera ces inordination trop gamin avec pas assez de rixe pour les garçonnets et plus ou moins de ode pour les femmes ce ne sont par conséquent ni des shonens ni des shojos. Mais ils ne sont effectivement pas non plus adressés à un public en vérité ou déjà porno, ces deux mangas ne sont par conséquent pas d’ailleurs des seinens. Voici l’une des nombreuses limites de ces trois genres : ils n’englobent pas tout les mangas car quelques sont trop peu mis en place en France. Pour Doraimon et Hamtaro le mot claire est Komodo qui signifie nouveau né. Il n’y a pas d’harmonie de sexe pour ces jeunes lecteurs car les petits ont le plus souvent les même goûts. Les désordre dévoilent sont d’un ton joueur contrairement aux catégories pour encore jeunes qui ont parfois des heures très sombres avec la morbidité ou la trahison.Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Kitarô le douloureux est en fait… une tour. Shigeru Mizuki créé son personnage phare en 1959 et connaîtra un grande succès au soliel levant, puisque en témoigne ses nombreuses actualisations en mobile et en film ( celui-ci long métrage journée à peu près de 2008 ). Le étalage et la mise en forme du mangaka sont plutôt traditionnels, la activité de l’artiste se repérant assez dans ce qu’il a réussi à faire du utopie des monstres japonais. Tout en leur déterminant un design récent soit exorbitant, soit content, il va batailler à ses confusion et ses acteurs une dimension folklorique versatile de la noirceur à la facilité.

Plus d’informations à propos de anime

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.